Le technolecte commercial au Liban: transferts et métissages

0

«Le technolecte commercial au Liban: transferts et métissages»

1.    Le paysage linguistique libanais

Dr. Paulette Youssef Ayoub*

Le Liban se caractérise par sa position géographique sur la rive méditerranéenne qui l’a rendu non seulement un carrefour entre trois continents et un pont reliant l’Occident au monde arabe, mais aussi un territoire envié par  les conquérants ainsi que par les réfugiés. Toutes ces populations, opprimées ou opprimantes nous ont légué non seulement leur empreinte architecturale culturelle et religieuse mais aussi un héritage linguistique assez diversifié. Actuellement, hormis la langue arménienne pratiquée par 4% des Libanais d’origine arménienne réfugiés au Liban durant la première guerre mondiale, les langues les plus usitées sur le territoire libanais sont l’arabe libanais, l’arabe standard, le français et l’anglais.

1.1.        L’arabe standard et l’arabe libanais

L’arabe véhiculé par la conquête arabe au VIIème siècle de notre ère, est devenu la seule langue officielle depuis l’indépendance du Liban en 1943. C’est la langue de l’administration, de l’enseignement et des situations formelles. Elle est surtout utilisée à l’écrit et n’est pratiquée oralement que lors des discours politiques, des journaux télévisés et des prêches religieuses musulmanes et chrétiennes (Assaf Khoury, 1998: 54). C’est ainsi que l’arabe standard, variété haute et savante est commun à tous les pays arabophones, mais langue maternelle de personne.

L’arabe libanais ou l’arabe dialectal quant à lui est utilisé dans la communication quotidienne. Il est la première langue de la majorité des Libanais mais n’a aucun statut officiel. Cette variété orale, non codifiée par écrit, est aussi utilisée en alternance avec le français et l’anglais laissant croire aux travailleurs étrangers qui ne connaissent pas ces langues que “merci”, “bonjour” «madame», «ok”et plusieurs appartiennent à l’arabe libanais.

1.2.        Le français et l’anglais

L’émergence de la langue française au Liban remonte très loin dans l’histoire puisque plusieurs historiens affirment que lors des croisades (1098-1291), il se trouvait “des interlocuteurs francophones parmi les habitants de cette partie du Levant” (El-Wali, 1986: 70). Le français a connu une expansion remarquable dont l’apogée a été le mandat français (1920-1943) où cette langue avait à côté de l’arabe, le statut d’une langue officielle. De nos jours, au Liban, outre le français et l’arabe, “deux langues de culture, s’ajoute l’usage pratique d’une langue de communication internationale qui est l’anglais” (Abou, 1994: 423). L’avènement de la langue anglaise date de la deuxième moitié du XIXème siècle quand les Américains protestants ont fondé le Syrian Protestant College qui deviendra l’Université Américaine de Beyrouth en 1920. Actuellement, l’anglais commence à s’introduire dans le cercle familial, il connait une expansion importante que ce soit au niveau des écoles ou des universités, de sorte que plusieurs parents de ma région cherchent à inscrire leurs enfants dans des écoles anglophones, ce qui n’était pas le cas depuis une dizaine d’années.

1.1.    L’enseignement des langues dans le système scolaire libanais

Le français et l’anglais sont deux langues étrangères enseignées dans tous les établissements

_____________________

* Maître-assistant à l’Université Libanaise, Faculté des lettres et des sciences humaines, Dr en didactique des langues – cultures et ès sciences du langage. Domaine de l’article: la sociolinguistique et l’interculturel.

scolaires. La plupart des écoles libanaises sont des écoles francophones où la langue française jouit de propriétés particulières constituant le médium d’enseignement/ apprentissage des disciplines scientifiques (chimie, physique, mathématiques et sciences de la vie) alors que l’anglais y acquiert le statut d’une deuxième langue étrangère enseignée au cycle primaire dans les écoles privées et au cycle complémentaire dans les écoles publiques. Ainsi, le Liban présente une cohabitation de plusieurs variétés linguistiques.

2.    Le  technolecte commercial choisi

Dans un tel lieu plurilingue, les libanais alternent fréquemment les langues non seulement dans leur vécu quotidien mais aussi dans leurs milieux professionnels de sorte que leurs conversations sont truffées d’emprunts, d’interférences et d’alternances codiques. Ce métissage linguistique exécuté dans un domaine particulier aboutit à la création d’un technolecte, ce terme  a été défini par Claude Hagège (1982) comme étant  un ensemble de désignations spécifiques d’un certain domaine de l’activité humaine: sciences et leurs applications, arts, vie politique et administrative, économique et sociale. En 2010, Leila Messaoudi l’explicite de la manière suivante «c’est un savoir-dire, écrit ou oral, verbalisant, par tout procédé linguistique adéquat, un savoir, ou un savoir-faire dans un domaine spécialisé” (2010). Elle ajoute également que le technolecte “est propre à un  domaine, à une discipline et il comprend des usages discursifs (le discours médical, juridique, biologique, chimique, économique…) ainsi que des aspects terminologiques (ensemble de termes  particuliers à un domaine)» (2016).

Vu cette richesse notionnelle, nous avons effectué une étude qui a visé un technolecte déployé dans un domaine commercial ainsi que l’environnement social qui a contribué à son élaboration. Le domaine commercial choisi est celui du sport, ce secteur acquiert actuellement un intérêt particulier au Liban de sorte que non seulement les jeunes fréquentent ces magasins mais aussi toutes les catégories d’âges  de deux sexes.

Quelles  questions étaient à la base de notre étude:

  • Quel rôle joue le technolecte dans les pratiques communicatives commerciales exécutées dans les magasins du sport au Liban? Quelles sont les particularités de la forme des unités technolectales et quelles sont les ressources linguistiques utilisées?
  • Au sein de ce lieu commercial, quelles stratégies conversationnelles déploient les interlocuteurs en effectuant des alternances entre les langues?
  • Et ce recours est-il lié à l’appartenance du locuteur, à un genre humain, à une tranche d’âge ou à un niveau culturel?

Pour pouvoir répondre à ces questions nous avons effectué une enquête qui consiste en premier lieu à enregistrer des discussions entre les vendeurs et les clients au sein de trois magasins du sport au Liban Nord pour deux semaines en octobre 2019. La durée des interactions varie  entre 2 minutes à 15 minutes chacune. En second lieu, nous avons  exécuté des entretiens semi-directifs avec les vendeurs pour savoir le motif d’usage des emprunts ainsi qu’avec les propriétaires des magasins pour savoir la langue des factures et des catalogues correspondant au domaine sportif.

Le corpus recueilli est long et plurilingue, il est composé de 4 entretiens et 32 situations communicatives ou interactions dont l’analyse nous a offert une panoplie de renseignements.

3.    Les résultats et les analyses

Tout d’abord, nous entamons l’analyse par la présentation de la catégorie d’âge des clients ainsi que de leur sexe:

Figure 1: Identité et categories d’âges des clients

Les clients, ruraux et citadins, dont les propos constituent notre champ d’investigation, appartiennent à différentes catégories d’âge, ils sont issus de différentes couches sociales et ne possèdent pas le même niveau culturel.  Deux d’entre eux sont des commerçants en détail qui viennent des régions rurales assez lointaines. Comment se sont déroulées les interactions au sein des lieux commerciaux au Liban?

3.1.        Le  plurilinguisme aux séquences d’ouverture et de clôture

Nous savons tous que “la plupart des interactions se déroulent en effet selon le schéma global: séquence d’ouverture, corps de l’interaction, séquence de clôture”. Kerbrat-Orecchioni, 1990: 220).  Avant d’aborder le corps de l’interaction ou «le vif du sujet», nous évoquons les termes employés par les clients à l’ouverture et à la clôture.

La figure ci-dessous met en lumière les salutations des clients qui appartiennent à plusieurs langues:

Figure 2: Les saluations à la sequence d’ouverture

Les salutations en français conditionnées par le moment de la journée sont les plus usitées par rapport aux salutations en anglais ou en arabe dialectal. Le recours à la salutation en arabe est effectué notamment par le sexe masculin, les salutations en anglais sont exécutées par des adolescents et un jeune homme, alors que la plupart des salutations en langue française sont effectuées par le sexe féminin. L’absence de salutations provient du fait que les clients peuvent avoir accès aux articles exposés avant de parler au vendeur, ce qui fait que le client entame son interaction par une question soit sur le prix soit sur l’article à acheter.

Le tableau suivant met en lumière également les termes utilisés pour les salutations, les remerciements ainsi que les vœux des clients à la clôture de leur conversation.

Figure 3: Formules de prise de congé de la part des clients

Tout d’abord ce sont les hommes adultes qui ont utilisé l’arabe dialectal pour les salutations de clôture, et c’est un des deux commerçants en détail qui a utilisé la formule votive. Alors que les demoiselles et les femmes ont opté pour ok merci et merci. Nous signalons aussi que les termes d’adresse: demoiselle (6 fois), madame (20 fois), sont maintes fois utilisés par les vendeurs, or pour s’adresser aux hommes ils utilisent des termes issus de l’arabe libanais mais jamais  monsieur».

Comment se passent les transactions commerciales qu’on appelle l’acte de “vente-achat” au sein des magasins du sport?

3.2.        Particularités de la négociation commerciale

C’est au sein de ces échanges que les interférences et les emprunts apparaissent mettant en lumière les différentes stratégies adoptées dans un tel lieu par les libanais qui pour eux mélanger les langues est un acte fréquent et spontané.

3.2.1.  Les interférences:

L’interférence, qui est un phénomène individuel,  désigne un remaniement de structures qui résulte de l’introduction d’éléments étrangers dans les domaines les plus fortement structurés de la langue. Ce produit linguistique «se définit comme une déviation par rapport aux normes de deux langues en contact». (Hamers, 1997: 178)

On peut distinguer trois types d’interférences: phonémique, grammaticale et lexicale.

  1. Phonémique: l’occlusive sourde [p] et les nasales ne figurent pas dans la langue arabe; c’est pourquoi quelques locuteurs n’arrivent pas à prononcer correctement ces lettres aisément comme dans les exemples suivants:

[b a n     a l u n] = pantalon       [b i ʒ a m a] = pyjama                   [kabi∫on] = capuchon. 

De même la voyelle [u] du terme “capuchon” est prononcée [i].

  1. Grammaticale: l’interférence grammaticale suppose que le locuteur utilise dans une langue certaines structures de l’autre. On la recense d’après l’usage des pronoms ainsi que les déterminants. Nous l’étudions d’après l’exemple suivant:

Tableau 1: Exemple d’interference grammaticale

Phrases prononcées Traduction
fi  ̔endak t tapi[1]  yali bye̔ mlu  ̔ laya spor as-tu le tapis sur lequel ont fait du[2] sport?

Nous remarquons l’insertion des termes “tapis” et “sport” dans la phrase comme s’ils étaient des termes arabe et le déterminant arabe [l] qui précède le nom apparait en accentuant le [t] du tapis comme on prononce en arabe dialectal. De plus, le synonyme de “tapis” en arabe [s a g e d a ] est un mot féminin, le locuteur a fait l’accord du pronom relatif en arabe comme si le mot utilisé “tapis” était au féminin. Cela signifie que le mot emprunté “tapis” acquiert le genre du terme [s a g e d a ] en arabe.

  1. Dans le domaine lexical, les interférences les plus simples sont celles qui consistent à tomber dans le piège des faux amis:
  • lorsqu’un client a utilisé le mot [ṣandal] qui désigne pour quelques-uns des chaussures de sport et pour certains des chaussures légères, ouvertes et à lanières, fabriquées de l’arbre [ṣandal] [arbre de santal].
  • Le terme [football] qui désigne le jeu sportif est utilisé pour indiquer le ballon, c’est une utilisation libanaise assez fréquente.
  • Tapis rouleau[3] est utilisé au lieu de “tapis roulant”, les clients utilisent plusieurs nominations pour cette machine. Cette nomination pourrait provenir de la forme de l’axe sur lequel tourne le tapis, et qui a la forme d’un rouleau, ce dernier “rouleau” est un terme connu chez les libanais qui signifie les bigoudis.

3.2.2.  Les emprunts

L’interférence, phénomène individuel, peut produire l’emprunt, un phénomène collectif, quand le mot convenable dans la langue maternelle est difficile à trouver, le locuteur utilise ce mot en l’adaptant à sa propre prononciation. D’après ces trente-deux situations vécues dans trois magasins différents de la région nordique du Liban, on remarque environ 70 emprunts. Cette myriade d’emprunts nous pousse à s’attarder sur leur emploi convenable ou arabisé, affecté par la première langue de socialisation.

Nous abordons les termes français empruntés, classés en champs lexicaux et les motifs de leur emploi:

  • Les couleurs: gris, orange, mauve, noir, rouge. Le recours aux couleurs provient de l’enseignement de la langue française dès la première année de scolarisation et les libanais ont l’habitude d’enseigner à leurs enfants avant leur entrée scolaire, le nom des doigts, les jours de la semaine, les mois ainsi que les couleurs.
  • Le lexique relatif à l’équipement sportif: Tapis, Sac de couchage, ballerine, chapeau, football, lacet, survêtement, casquette, tenue de sport, catalogue, pyjama, massage, polo, karaté (mot japonais figurant dans le dictionnaire français), axe, sport, short, double extra large, large. Ce sont des termes qui sont employés par les clients correctement et insérés dans leurs propos, notamment les demoiselles, les femmes et les jeunes, sans ce recours, le client est obligé de passer par une explication en arabe qui s’étend sur une phrase pour désigner un seul article:

Tableau 2: Exemple d’alternances codiques

Phrases prononcées Traduction
Femme – fi ̔endak l makana li bet ruh w bteʒe / ∫efet di̔ ajetha ̔a di∫

Vendeuse – eliptikel? ∫u fiha ̔al kataloġ

 

Femme: as-tu la machine qui va et vient, j’ai vu sa publicité sur le dish

Vendeuse: elliptical? tu peux la voir sur le catalogue

  • Pointure et taille: quarante, trente-six, trente-huit, twenty four, five.

Au Liban, les matières scientifiques sont enseignées via une langue étrangère, cela veut dire que l’emploi des chiffres en arabe oriental (la forme connue actuellement) est rare, et même dans les factures rédigées  en arabe le chiffre est en arabe occidental ou chiffre indo-arabe. La facture suivante démontre cet emploi:

Figure 4: Exemple de facture

  • Lexique du marketing et le concept de rationalité: nouvelle collection, assorti, calorie, système gel, modèle, cadeau, solde, qualité, mondial.

Le recours à ce lexique nous fait penser à l’hypothèse de la rationalité, concept empreint à Max Weber, qui se base sur le comportement langagier des locuteurs puisque chaque protagoniste choisit son langage selon la situation commerciale et selon le but escompté. Le client veut acheter et le vendeur aspire à la vente et c’est pourquoi le marketing domine dans ces situations où les conduites langagières visent des buts déterminés. On va relever les expressions prononcées par le vendeur afin de convaincre le client et de l’encourager à l’achat soit en lui offrant un cadeau ou un prix soldé soit en lui expliquant les qualités de l’article à vendre:

Tableau 3: Exemples d’insertion des termes spécialisés

Phrases prononcées Traduction
Situation 14: mne̔ ṭiki zenar me̔deh kado on t’offre une ceinture pour l’estomac comme cadeau avec l’achat
Situation 19: fi sistεm ʒel bika̔bu chaussures reposantes grâce au système  gel au talon
Situation 20: hajda l âṣle ʒeled ṭabi ̔e ma bi ṭale̔ rihah kalite mniha c’est le vrai cuir, cela ne pue pas,  bonne qualité
Situation 29: se̔er ṣold prix soldé

 

Il faut mentionner que le recours à une langue étrangère de la part du  vendeur  prouve qu’il est doué une certaine expertise dans le domaine commercial, cela rassure le client qui sera influencé par ses paroles incitatives à l’achat.

Après avoir présenté les emprunts français, nous énumérons les termes anglais qui apparaissent dans ce lieu.  Nous les regroupons de la manière suivante:

  • Marques: Champion, Puma.
  • Lexique du sport (accessoires et habillement): Tennis shoes, ring, cone, size, new collection, one size, medium, football, basket, in line skate , Skate board, Champions league, Legging (cycliste), gloves (gants), goggles (lunettes de protection), Hoodie (sweat à capuche), t-shirt, swetchirt, elliptical.

Les termes anglais sont nombreux et d’après les entretiens avec les commerçants, ils nous ont révélé que cette myriade des termes en anglais provient des factures et des catalogues des grandes entreprises qui sont rédigées en anglais et distribués aux magasins et même les entreprises qui distribuent par exemple la marque connue “le coq sportif” au Liban, leurs factures sont rédigées en anglais. Ajoutons également que le recours aux emprunts anglais est effectué particulièrement par les jeunes universitaires et les adolescents dont la prononciation et l’accent étaient remarquables. Les documents ci-dessous démontrent le contenu des factures des grandes entreprises et la façon avec laquelle sont écrits les articles sportifs:

Figure 5: Nomination des articles sportifs mentionnés dans une facture

Mais ce ne sont pas les seuls emprunts utilisés, il y en a plusieurs qui ont subi l’influence de la première langue de socialisation et la grammaire de la langue maternelle. Comment les libanais recourent à l’arabisation des emprunts?

3.2.3.  Les emprunts arabisés

  • le pluriel et le duel des mots empruntés:

Le suffixe du pluriel féminin arabe [ât] est ajouté aux mots français ou anglais pour obtenir le pluriel et même si ces mots sont au masculin: Jacquette, axe, modèle, stike, dossard, survêtement, taille, tee-shirt.

Exemples: [ʒaketât] [aksât] [modelât][ stajkât] [dosserât] [syrvetmᾶnât]  [tajât] [ti∫ertât].

Utiliser le pluriel féminin arabe dérive de sa forme simple et unique puisque le pluriel masculin peut varier selon la fonction grammaticale du terme, si par exemple le terme au pluriel est sujet il se termine par [un], or si le terme est complément d’objet direct le suffixe du pluriel devient [in]. Ajoutons aussi que le pluriel irrégulier, à cause de sa complexité et ses différentes variantes est rarement utilisé, on le remarque dans le pluriel de blouse qui est devenu arabisé [bluwaz]  selon le schème  [suwar] pluriel de [sura] ( photos).

Le duel arabe appliqué aux emprunts: exemple [modelεn] = deux modèles [âksεn] = deux axes et même aussi “bonjour” prononcé par la vendeuse pour accueillir une cliente de sa connaissance elle met le terme en duel arabe qui est devenu [bȏgurεn].

  • Suffixes personnels ajoutés aux emprunts: le locuteur pour désigner la possession d’un  objet, utilise le possessif arabe (suffixe personnel) accolé aux emprunts

Exemples: [ saјze] nom (anglais)+ suffixe personnel première personne

                 [servetmanti]  nom (français) + suffixe personnel 1ere personne

Alors les emprunts lexicaux subissent les règles de grammaire de la langue arabe: accord avec le nombre soit le pluriel soit le duel et  l’emploi de l’adjectif possessif en suffixe.

Les unités complexes sont les constructions syntagmatiques à deux ou  plusieurs éléments. Dans l’arabe dialectal on assiste à l’ajout de l’article,  des déterminants indéfinis, démonstratifs et des prépositions aux mots  empruntés.

  • L’ajout de l’article devant les adjectifs et les noms comme en arabe [âl]
[l] du  dialecte libanais traduction
[l modεl] [l modelât] [l markah] Les modèles
[l basket Le basket
[l âks] Les axes
[l bluz] Les blouses
[ l môndjal] Le mondial
[l kalori] Les calories
[l gri] [ l ∫mpjen lig] Le gris , le champion league
[l ruʒ] Le rouge
[ l markah] La marque
[ l kalite] La qualité

 

 

 

  • Adjectifs démonstratifs, indéfinis et prépositions précédent les mots empruntés:

On recense 42 démonstratifs du dialecte libanais dans ce corpus = [ hajda/ hajde/ hawde] (ce, cette, ces) parce que dans un magasin de sport c’est la sensation visuelle qui va décider l’achat non pas la sensation olfactive utilisée pour acheter un parfum…

  • [hajde l nuvel koleksiô]/ [hejda l lon]/ [hajda l modεl].
  • [hajda sajze/ hajde naw ̔ijeh ʒajdeh].
  • [hawde  ∫u biṣir se̔ ron l adidas] [hawde ̕ jesâtun].

Le démonstratif indéfini apparaît dans [kel l koleksi] (ex 1:toute le collection).

Les prépositions aussi sont utilisées [ma̔ kapu∫ȏ /bidun kapu∫ȏ] (avec ou sans capuchon)

  1. Particularités de quelques emprunts:
  • Espadrine: ce terme libanisé et généralisé est utilisé par les clients pour désigner les chaussures de sport au lieu du mot juste “espadrille”; et cela peut-être revient à la difficulté de prononciation de [j] à la fin du mot, en arabe pour éviter un hiatus on met la lettre [n], peut être cette lettre ajoutée à le fin de “espadrille” provient de cette règle. Cet emploi fautif est ancien et si on utilise la forme juste devant les anciens commerçants ils nous croient en erreur.
  • Dossard: ce terme est arabisé en le mettant au pluriel en lui ajoutant le suffixe arabe [ât] [dosarât] mais la prononciation est modifiée, les vendeurs le prononcent [doserât] et quand j’ai demandé à l’un d’entre eux ”pourquoi [doser] et non [dosar]” la réponse a été “c’est plus facile au pluriel de dire [doserât] que [dosarât].
  • Modèle: ce terme est fortement utilisé à l’oral 14 récurrences et à l’écrit (le mot est écrit en arbae), on le croit arabe prononcé en accentuant le [u]: [mudεl] tandis que dans le dictionnaire arabe on trouve son équivalent [namuzaʒ].
  • Verbe marquer: ce verbe est arabisé, le vendeur l’a employé pour expliquer l’utilisation d’une machine “tapis roulant” qui indique le temps, la distance parcourue et les calories dépensées [bet marrek l wa̕ et  l masefeh wel kalori].
  • [brutel ate∫] pour demander un débardeur, le client  utilise [brutel ate∫],  cet emploi dérive de “bretelle” (français) qui signifie débardeur, mais le client accentue l’explication en ajoutant l’adjectif du dialectal [ate∫] qui signifie “couper”.

Donc, l’emprunt des mots étrangers a contribué à faire réussir la conversation ainsi qu’il a favorisé l’aboutissement de l’opération commerciale.

Qu’est-ce qui caractérise le technolecte commercial libanais?

4.    Particularités du technolecte plurilingue

Ce corpus de technolecte trilingue est travaillé pour procéder à une étude linguistique des unités qui le constituent et afin de réfléchir sur le mode de dénomination lors du passage des langues qui servent de support notionnel (français-anglais, langues sources) à la langue qui sert de support formel (dialecte libanais, langue cible).

4.1.        Mode de dénomination: nom de l’article

Nous présentons dans le tableau suivant les noms des articles qui ont subi des changements en passant au libanais:

Tableau 4: Le mode de denomination des articles sportifs

Français ou anglais Arabe dialectal libanais/ emprunts arabisés
ballon Football [futbol] [ṭabeh]
débardeur [brutεl]
pantalon [bantlun] à l’oral [benṭal] à l’écrit
Sac de couchage Sac à couchage / kjes lil nawm
Dossard ∫ijelât
capuchon [capi∫on] [̕abu̔]
Tenue de sport/ survêtement/ track suit Pyjama, survêtement (toutes les modifications phonétiques possibles)
In line skate ṣebat ̔a dwelib
Nouvelle collection/ new collection [ta∫kileh ʒdideh]
disque [ṣahen]
Skate board [ḫa∫beh ̔a dwelib]
Taille / pointure/ size ̔[jes]
ring [ṭarah]
cône [haram]
short [∫ort]
Stick/ bâton /cane [Stajket] [ ̔aṣa]
Tennis/ chaussure de sport/basket [espadrin]

Nous constatons une multitude des termes dérivant des langues étrangères et des adaptations créatives en langue cible.

4.2.        Les ressources linguistiques:

Je tenterai de présenter une typologie d’exemples-types des constructions rencontrées dans mon corpus. Ils sont au nombre de 8.

Tableau 5: Schémas syntaxiques d’exemples-types

Exemple-type Modèle
bantlun servetman / pantalon survêtement nom + nom
tee shirt blanc nom + adjectif de couleur
tennis shoes assorti nom +adjectif
deux chapeaux noirs (chapeau utilisé à la place de Képi) adjectif numéral + nom + adjectif de couleur
[ tenu l ekip] tenue pour l’équipe nom + fonctionnel + nom
A combien? Préposition + adverbe interrogatif
espadrin min market adidas / espadrille de marque adidas nom + expansion nominale
puma please nom + adverbe en anglais

Ce technolecte se caractérise par des compositions qui correspondent à des schémas syntaxiques précis et cernables grâce à leur récurrence. Il est nécessaire de remarquer que les “liens syntaxiques vont de la détermination simple qui s’instaure entre deux éléments selon l’ordre déterminé + déterminant  à la détermination complexe à expansion12 ((Messaoudi L., 2003: 168). Ce qui ouvre la voie à la néologie dans chaque technolecte. Le but de ce travail sur les éléments des unités complexes à travers les exemples types est de mettre en lumière les syntagmes français qui sont insérés dans le dialecte libanais sans porter atteinte au sens, tout en assurant la transmission du message et la réussite de l’intercompréhension.

5.    Métissage linguistique et stratégies conversationnelles

Les trente-deux situations, étudiées dans ce corpus, contiennent des mots, des fragments anglais ou français ; les locuteurs ont fait passage, transferts, collage d’une langue à une autre ce que l’on appelle, selon Louis-Jean Calvet “mélanges de langues ou alternance codique”.

Mais cette alternance codique, qu’on nomme aussi “métissage linguistique” utilisé pour la première fois par Marquillo Larruy (2008: 77), n’est pas dépourvue de sens, elle peut souligner des stratégies conversationnelles multiples. Dans ce corpus nous allons braqué la lumière sur quelques situations significatives sur le plan d’alternance codique.

5.1.        Stratégie de spontanéité

Nous débutons par l’analyse de la première situation, le tableau ci-dessous indique l’identité de la cliente et les mots empruntés:

Tableau 6: Les emprunts dans la situation communicative 1

Identité du client Les emprunts
Situation 1: jeune fille universitaire zgortiote qui étudie le journalisme à Beyrouth (USJ) Bonjour, please, tenue de sport, nouvelle collection, tennis shoes assorti, couleur pistache, marque adidas, ok merci

La cliente a prononcé correctement les emprunts  anglais “tennis shoes” et les termes français avec une prononciation parfaite muni du “r grasseyé”. Elle est  apparue habituée à ce collage comme si elle l’utilisait avec copains et elle ne parait ni pédante ni prétentieuse. Son trilinguisme et son accent parfait revêtent une signification sociale: elle est confiante, sûre d’elle-même, appartient à une classe sociale aisée et étudie dans une université réputée ; elle n’a pas demandé le prix elle a insisté sur la marque qui est connue et coûteuse et la tenue demandée est portée ordinairement dans les clubs sportifs où l’accès n’est pas gratuit.

Un emploi spontané comme si les mots étrangers dérivent de son dialecte quotidien. Cela provient de l’enseignement exigé de trois langues dans le curriculum libanais et le penchant chez la plupart des libanais d’insérer dans leurs conversations des mots étrangers, symbole de culture de modernisme et d’aisance matérielle.

5.2.        Stratégie d’explication

Dans la situation communicative 2, le client qui est un commerçant en détail vient d’une région démunie, ne sait pas les mots techniques en français ou en anglais il utilise l’arabe et c’est le vendeur qui va alterner les langues surtout que les deux se connaissent depuis une dizaine d’années.

Le vendeur n’arrive pas à comprendre les noms des articles demandés en arabe dialectal, il lui demande des explications. Le client explique via des phrases en arabe dialectal l’utilisation de l’article demandé. Le vendeur arrive ainsi à comprendre et traduit en anglais le nom des deux articles “ ring, cone” (ring signifie l’anneau pour accrocher le panier de basket-ball et cône signifie un objet utilisé pour les entrainements en forme de pyramide). Enfin, le vendeur lui conseille de recourir à des nominations techniques pour commander des accessoires sportifs afin d’être compris.

Tableau 7: Nominations techniques en explication dans la situation communicative 2

 

Les interlocuteurs

Les paroles prononcées La traduction des propos

 

Client: Commerçant en détail marjo fi  ̔ndak  ṭârât Mario as-tu des anneaux (filet de basket)?
Vendeur ma fhemet ∫u me̔ nâtha Je n’ai pas compris
Commerçant en gros tab̔un l basket Pour le basket
Vendeur

Vendeur

Ring? (anglais)

āḫer marra bet ̕eli ṭârât ta ̕efham ∫u badak ̕ele rŋ

Anneau?

C’est la dernière fois que tu utilises cette appellation, pour te comprendre utilise le terme “ring” (anneau)

Client endak hawde l ̔alemεt li behetuwun ̔al ̕arḍ lettamrin As-tu les signes qu’on met par terre durant l’entrainement
Vendeur je̔ne kon Les cônes?

La stratégie linguistique est loin d’être ironique de la part du vendeur mais elle acquiert une forme d’enseignement ; le vendeur veut épauler ce client afin d’apprendre et d’employer le technolecte utilisé et connu par les commerçants du sport.

5.3.        Stratégie d’imitation

La situation communicative 18 met en scène un commerçant en détail dont le magasin est dans un grand village. Il commande une liste d’articles. C’est est un joueur de volly ball et il n’a pas terminé ses études secondaires.

Tableau 8: Le recours à un lexique specialisé et modifié à la libanaise

Les interlocuteurs Les paroles prononcées La traduction des propos

 

Client: Commerçant en gros Mathilda ḍebile hal  ġraḍ: dazinet kalsât benate; tnen balәrin zahre; tlet kfuf; tnen ʒysto kor zahre; ṭa̕em basket ̕ jes tna̔ ∫; ∫apo aswad; espadrin adidas Mathilda range moi ce que j’ai choisi, une douzaine de chaussettes pour filles, deux ballerines roses, trois gants, deux juste au corps de couleur rose, tenue de basket taille 11, chapeau noir, espadrille adidas

D’après ces mots, l’utilisation incorrecte réside dans l’emploi du mot  “espadrine” et la prononciation du “juste au corps” (croyant que la liaison fait  partie du mot), à  part cela les autres emprunts sont bien utilisés. Cette alternance souligne non pas seulement l’influence des catalogues et des listes des entreprises mais encore la norme conversationnelle: le recours au lexique approprié en langues étrangères.

Cela  a été confirmé après avoir posé la question à un autre commerçant de Tripoli: “comment tu as appris les mots techniques?  Pourquoi vous utilisez des termes issus des langues étrangères  pour faire vos commandes?”. La réponse était: ”Les commerçants en gros de Beyrouth savent plus que nous, ils savent tous les mots techniques du métier et inconsciemment on est poussé à les imiter pour se sentir comme eux et non ignorants, surtout que parfois on fait nos commandes par téléphone, il faut qu’on soit clair et concis et qu’on ne perde pas notre temps par des explications superflues concernant la description d’un article dont l’appellation en langue étrangère nous est inconnue”.

5.4.        Stratégie d’adéquation

Les locuteurs déploient des stratégies d’adéquation “lorsqu’ils manipulent un code linguistique donné qu’ils sont en conformité avec les normes de son emploi” (Messaoudi., 2003: 34)  Mais ce qui est paradoxal dans notre terrain est que la norme, d’après l’attitude des propriétaires des magasins et des commerçants, est fondée sur l’utilisation des emprunts ; et si quelqu’un utilise la langue conformément cela suscite l’étonnement de tous ceux qui travaillent dans le domaine sportif. Dans une facture rédigée en Syrie l’article [benṭal] est tout à fait correct selon le dictionnaire arabe pourtant cet emploi est considéré bizarre par les vendeurs libanais car au liban on n’utilise que [bantlun] ou pantalon, la figure ci-dessous met en lumière la manière avec laquelle on rédige les factures en Syrie:

Figure 6: Exemple de facture en Syrie

Ajoutons aussi qu’au lieu de se sentir en sécurité linguistique en utilisant les mots arabes (rares) comme [̕abu̔ , ṭarat, sakab, ∫ijelât, kjes lel nawm] =(capuchon, ring, chaussures de sport, dossard, sac de couchage) les clients éprouvent un embarras et notamment les femmes et cherchent leurs substituts en langue étrangère ; tandis que la sécurité a été recensée chez les clients éduqués, chez les jeunes qui connaissent le lexique spécialisé.

5.5.         Stratégie de compensation

Elle est fondée sur l’utilisation de deux ou plusieurs codes, ou un mélange de deux de la part des locuteurs selon la situation de communication. Cette stratégie adoptée par la plupart des locuteurs de mon corpus dérive de l’absence d’un équivalent arabe simple et connu. Quand quelques “locuteurs considèrent leur façon de parler comme peu valorisante et ont en tête un autre modèle plus prestigieux ” (Calvet L-J., 2006:47). Ils se sentent en insécurité linguistique. Cela est apparu dans leur façon de parler surtout les femmes adultes qui tout en voulant insérer des termes français ou anglais dans leur parler tombent dans l’hypercorrection.

Nous citons l’exemple de l’emploi du terme “lacets” dans la situation 19, la femme adopte une prononciation accentuée “lasseh”, de même chez la même femme, elle a prononcé “collection” en insistant sur la lettre n  comme [kolecsjon].

Enfin, en entendant  les réalisations langagières  des locuteurs ; on commence à savoir détecter des exemples des faits linguistiques fonctionnant comme macro-discriminants. Plusieurs traits phonétiques étaient remarquables ; le r grasseyé par les femmes pourrait signaler un certain niveau d’éducation) le o ouvert à la fin des mots et le [ε] accentué caractérisent les zgortiotes, tandis que le [ɑ] ouvert domine chez les campagnards à la fin des mots.

Donc, le contact des langues produit des situations où le passage d’une langue à une autre reflète plusieurs stratégies conversationnelles. Loin du village, le souci de modernisation hante les esprits des gens qui s’éloignent de leur langue dialecte arabe et au fur et à mesure que l’on s’approche de la ville, la première langue est remplacée par une autre, même dans les messages téléphoniques une nouvelle langue apparait, composée de termes arabes écrits en lettre latine contenant des emprunts anglais et français sans oublier les symboles émotifs aussi. Cette perte progressive de la langue incite les individus à adopter un technolecte spécifique à chaque domaine ; et de cette façon un nouveau pidgin pourra voir le jour, fondé sur les mots techniques empruntés et  libanisés selon les règles de grammaire de la langue arabe standard.

6.    Conclusion

Ainsi donc, l’étude d’un technolecte commercial du dialecte libanais ouvre beaucoup d’horizons devant une étude sociolinguistique mettant l’accent sur l’acte de  parole et sur les rapports entre le langage et la société.  Les résultats obtenus étaient diversifiés sur plusieurs plans. Tout d’abord, le nombre des emprunts était surprenant, soulignant le vide terminologique de la langue cible, l’arabisation était  innovatrice, les stratégies linguistiques adoptées par les libanais étaient variées et les variétés linguistiques et les formes des unités technolectales étaient si  significatives dans les différentes situations. En outre, cette étude a mis en lumière la carence terminologique de la langue cible, l’arabe dialectal, puisque la majorité des répliques prononcées par les clients voire les vendeurs renferment des emprunts, des interférences ainsi que des alternances codiques. De même, nous étions témoin d’une arabisation innovatrice de la syntaxe ainsi que du recours à une panoplie de stratégies linguistiques de la part des libanais dans le terrain en question afin de pouvoir exprimer leurs idées ou leurs demandes. Sans oublier de signaler que nous avons pu déceler que le comportement linguistique dépend de l’origine sociale, de la situation de communication ainsi que du sexe et de l’âge du client. Enfin nous avons pu décrire ce technolecte commercial trilingue en nous basant sur le mode de dénomination, les formes des unités technolectales et les constructions syntaxiques récurrentes. Etudier ce technolecte nous a permis de comprendre combien ce brassage est important dans ce lieu commercial surtout quand nous avons assisté aux problèmes communicatifs chez les vendeurs irakiens et syriens refugiés et recrutés dans ces magasins, qui n’arrivaient pas à comprendre les demandes des clients et des propriétaires et n’arrivaient pas savoir accomplir leur tâche de vente après un entrainement de quelques semaines pour mémoriser et utiliser à bon escient les termes techniques mentionnés dans les factures et les catalogues.

De surcroit, la langue, qui n’existe que par ses locuteurs et qui  est renouvelée dans chaque interaction,  reflète la société. L’éducation recherchée chez les libanais, leur passion d’apprendre et leur obsession de modernisme chez plusieurs les incite à préférer une autre langue que celle maternelle, quotidienne surtout parce que la jeunesse actuelle voit son avenir ailleurs loin du pays natal, pays qui n’a  rien offert  pour eux que l’insécurité, les guerres et les  promesses. En refusant la réalité du pays, la jeunesse qui apprend dans les universités trilingues apparaît déçue, refuse sa langue et se prépare inconsciemment à l’émigration par la pratique des langues étrangères bien que les adultes y apparaissent plus attachés  et luttent pour ne pas être déracinés en parlant leur langue qui subit beaucoup d’invasions.

Enfin, le peuple qui s’écarte de sa langue est apte à s’éloigner de son identité et sera prédisposé à un déracinement du patriotisme, c’est pourquoi nous demandons si l’ouverture linguistique et culturelle vers d’autre langues, la particularité du dialecte libanais  ainsi que l’avènement de la langue de l’internet pourraient aboutir à l’éclipse de notre langue maternelle, non utilisée qu’occasionnellement?

Bibliographie:

ABOU Sélim., 1994, “Les enjeux de la francophonie au Liban” in  S. Abou & K. Haddad,  Une francophonie différentielle, Paris: Editions Harmattan, pp.411-424.

ASSAF KHOURY Carméline., 1998,  Didactique du français langue étrangère/ seconde: pour un renouveau méthodologique de l’enseignement du français au Liban, Thèse de doctorat en sciences du langage, Nancy 2.

BAVOUX Claudine, 1997, “Tecnolecte” in Moreau Marie-Louise, Sociolinguistique, les concepts de base, Mardaga, Belgique, pp. 282.

BLANCHET Philippe, La sociolinguistique est-elle une”inter- discipline”?. TRANEL. Travaux Neuchâtelois de Linguistique, Institut des sciences du langage et de la communication (Neuchâtel, Suisse), 2011, De la sociolinguistique dans les sciences du langage aux sciences du langage en sociolinguistique. Questions de transdisciplinarité pp.13-26.

BLANCHET, Philipe. & ROBILLARD, D. de (Dir.) (2003): Langues, contacts, complexité. Perspectives théoriques en sociolinguistique, Rennes (Presses Universitaires de Rennes).

BLANCHET, Philipe. (2011): La question des transferts méthodologiques interdisciplinaires. In: Blanchet, Ph. & Chardenet, P. (Dir.): Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures. Approches contextualisées. Montréal/ Paris (Agence Universitaire de la Francophonie/ Editions des Archives Contemporaines).

CALVET Louis-Jean, 2006, La Sociolinguistique, Ed. puf. Paris.

DUCROT Oswald, SCGAEFFER Jean-Marie, 1995, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Ed.Seuil. Paris.

EL-WALl Said, 1986 “Bilinguisme et sociolinguistique de l’inégalité: cas du Liban” in  Phares Manarat, no 2, mai 1986, pp. 67-76.

GROSJEAN F, 1982, Life with to languages, an introduction to bilingualism, Harvard University Press: Cambridge.

GUMPERZ J.J., 1989, Sociolinguistique interactionnelle:          une                     approche interprétative, L’Harmattan, Université de la Réunion.

HAGÈGE, Claude (1982): Voies et destins de l’action humaine sur les langues. In: Claude Hagège et Istvan Fodor, dir. La réforme des langues, histoire et avenir. Hambourg: Buske, 11- 67.

HAMERS Josiane., 1997, ”interférence” in MOREAU M.-L Sociolinguistique, Concpets de base, Editeur Mardaga, Belgique, pp. 178-179).

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. 1990, Les interactions verbales, Armand Colin, Paris.

LABOV Wiliam, 1976, Sociolinguistique.. ed. de minuit . Paris.

MARQUILLO LARRUY M., 2008, L’interprétation de l’erreur, France: CLE International.

MEILLET Antoine, 1965, Linguistique historique et linguistique générale, Paris.

 MESSAOUDI Leila , 2003, Etudes Sociolinguistiques, Ed. Okad. Maroc.

MESSAOUDI, Leila, (2010), “Langue spécialisée et technolecte: quelles relations?”, Meta, n°55/ 1, pages 127 – 135.

MESSAOUDI, Leila (coord.), 2012, Sur les technolectes, Publications du laboratoire Langage et société-URAC 56, Rabat, Imprimerie Rabatnet.

MESSAOUDI, Leila, 2016,”la fracture linguistique dans l’enseignement scientifique au Maroc: quelles remédiations?”in Revue Langues, cultures et sociétés, Volume 2, no 1.

SAPIR Edward, 2001, Le langage. Introduction à l’étude de la parole. Traduit par l’anglais par S.M.GUILLEMIN. ed.P.B,Payot.

TRAVERSO, Véronique. 1999 L’analyse des conversations, Nathan, Paris.

VECCHI DE, Dardo, (2012), “Le lieu de création des technolectes: lieu de termes, de temps et d’action”, Sur les technolectes, Publications du laboratoire Langage et société-URAC 56, Rabat, Imprimerie Rabatnet, pages 9 – 24.

[1] Les mots soulignés sont prononcés par les enquêtés mais ne sont pas de la langue arabe (le libanais ou l’arabe standard).

[2] Les mots en gras sont les paroles traduites en français

[3] Le terme adéquat est”tapis roulant”, mais le client a prononcé correctement”tapis rouleau”

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.